À voir et à faire à Cambremer

L’église Saint Denis

L'église Saint Denis ©F.Fromentin

Si la tour romane en calcaire, datant de la seconde moitié du XIIe siècle, en est la partie la plus ancienne, la plupart des éléments de l’église Saint Denis qui se dressent devant le visiteur datent du XVIIe siècle.
Cependant, l’église Saint Denis a subi de nombreuses modifications au cours des siècles suivant. Ainsi, au début du XIXe siècle, elle perd le bras nord de son transept avant d’être remaniée en 1947 lors de sa restauration.
La tour romane est l’élément architectural le plus remarquable mais un petit tour à l’intérieur de l'église permet aussi d’y découvrir une série de 16 vitraux créés au XXe siècle retraçant la vie des premiers chrétiens.

La Grange aux Dîmes

La grange aux dîmes ©Christian Guibout

Située juste derrière l’église Saint Denis, la Grange aux Dîmes, comme son nom l’indique, était destinée à récolter les impôts en nature ; mais ça, c’était au Moyen-Âge. Aujourd’hui, la Grange au Dîmes entièrement rénovée joue un tout autre rôle pour les habitants de Cambremer puisqu’elle est devenue un lieu d’exposition temporaire et de rencontre avec les artistes (sculpteurs, peintres, artisans d’art, photographes…).

Le Cadran

Le cadran1

Certes, cette visite ne vous occupera pas la journée cependant, l’horloge située sur la façade de cet ancien relais de poste situé à la jonction de la RD50 et de la RD85 mérite qu’on lève le nez du bitume. 
Tout d’abord parce que cet ancien relais de poste, qui date probablement du XVIIe siècle, a été remis dans son état d’origine par les actuels propriétaires, M. et Mme Garnavaux (en 2011, la Fondation Hernan de Lint leur a d’ailleurs remis le prix Pays d’Auge, vieilles maisons françaises).
Ensuite parce que le magnifique cadran, lui aussi restauré, présente la particularité de ne pas donner l’heure. En effet, ses aiguilles indiquent l’heure d’arrivée et de départ des diligences. Alors, à quelle heure l’attaque ?

Les Jardins du Pays d’Auge et leur écomusée

Jardin

En 1994, lorsque Armelle et Jacques Noppe rachètent les trois hectares de terrain jouxtant une ferme en cours de restauration, ils savent déjà ce qu’ils veulent en faire : un jardin évolutif.
Pendant les trois années qui vont suivre, Chantal Lejard-Gasson, qui s’en est vue confier la conception, réalise les jardins. Pendant ce temps, Jacques Noppe acquiert des bâtiments de fermes normandes à l’abandon, en ruine ou inexploités, les transporte (sans les démonter afin de préserver leur intégrité) et les restaure.
Le résultat : un écomusée plein de charme où chaque petit bâtiment d’architecture normande abrite l’atelier reconstitué d’un sabotier, d’un forgeron, d’un bouilleur de cru ou d’un boulanger.
Mais cela n’est que la partie immergée de l’iceberg, la partie accessible au public gratuitement. Car juste à côté de la crêperie, à quelques mètres de là, s’ouvre un jardin extraordinaire, moyennant un droit d’entrée de 8 euros.
Jardin des senteurs, jardins à la française, prairie, Jardin de la Lune, l’Oratoire et son Labyrinthe, Repos du Jardinier, mare, Jardins des Anges ou lavoir ne sont que quelques uns des nombreux recoins végétalisés que compte ces Jardins du Pays d’Auge.

Les Rencontres de Cambremer / Festivals des AOC-AOP

Affiche les rencontres de cambremer 1

Produisant 7 des 14 AOC/AOP normandes, Cambremer était le candidat idéal pour accueillir en 1995 la première édition des ces Rencontres autour des Appellations d’Origine contrôlée et des Appellations d’Origine Protégée.
Depuis, chaque année, le premier week-end de mai est un moment de fête à Cambremer. Producteurs et grand public se retrouvent autour d’un invité d’honneur (le Portugal en 2017) et des produits AOC/AOP (pas que normands) autant pour leur promotion, leur découverte que pour s’interroger sur la notion d’origine.

http://www.lesrencontresdecambremer.fr