La maison du Calvados à Honfleur

Bien que partant un week-end, que mon compagnon de voyage se révèle être une charmante compagne et que la destination est romantique, le Paris-Honfleur que je m’apprête à entreprendre n’a rien d’un voyage en amoureux.

Par contre, c’est bien le week-end d’un amoureux. Un amoureux du calvados pour lequel la nouvelle de l’ouverture d’une Maison du Calvados a résonné comme l’annonce d’une rencontre avec une promise.

Pas une minute à perdre, il faut prendre la route ! Dans trois heures, à nous Honfleur, son charme, ses petites rues commerçantes, son port et sa Maison du Calvados.

Honfleur - OT Honfleur

Comment tout a (vraiment) commencé

Enfin, ça c’était l’idée de départ.

Parce qu’à l’arrivée, ce sont deux corps, usés par de trop longues heures de route dans un véhicule n’excédant pas les 80 à l’heure, quand il n’a pas tout simplement menacé de reculer en pleine montée, dont tout les clignotants sont passés au rouge sans mêmes transiter par l’orange, ne disposant pas d’autoradio et encore moins de GPS, mais disposant d’un plafonnier (à maintenir impérativement d’une main pour qu’il ne reste pas allumé) et d’un parallélisme douteux, et n’ayant finalement, vous l’aurez compris, de voiture que le nom, qui se sont affalés à la table du seul restaurant encore ouvert et disposé à les sustenter.

Nous sommes un samedi de novembre à Honfleur, il est 14h30, il pleut des cordes et l’état d’esprit est aussi plombé que le ciel au-dessus de lui.

Autant vous dire que je ne suis plus dans les meilleures dispositions pour découvrir le nouvel antre du calvados. Espérant un retour au beau fixe, je remets donc au lendemain ce que je devrais faire le jour même (forme de procrastination préventive, intuitive et parfois salutaire).

Sous un ciel toujours gris mais un peu moins chargé de pluie (j’ai même aperçu une éclaircie, si, si, je vous promets !), me voilà donc de bon dimanche matin en train de longer le quai de ce petit port de pêche, oscillant entre la morosité tombée du ciel et la stimulante impatience de découvrir, enfin, la Maison du Calvados.

L’information évite la déception…

L’ouverture de cette boutique est restée, somme toute, assez confidentielle (un ou deux journaux régionaux ont relayé l’information) mais j’ai glané suffisamment d’informations pour écrire un premier article et me faire une idée des lieux.

C’est donc en connaissance de cause que j’arrête mes pas devant le 12, quai Sainte-Catherine ; je n’y découvrirai que les expressions des trois marques du groupe Spirit France : Père Magloire, Boulard et Lecompte.

Comme un amateur de calvados averti en vaut deux, c’est de concert que nous poussons la porte de la façade en bois bleu et descendons les quelques degrés nécessaires pour atteindre l’Eden distillé.

… pas l’imagination

Mais si un amateur de calvados averti en vaut deux, l’amateur de calvados mal averti reste seul face à la déception que peut engendrer son imagination. Là où l’on m’avait décrit trois espaces bien distincts (dégustation, épicerie fine, Premium), que mon imagination avait alors de ses yeux entrevu, se trouve, en fait, une seule et unique salle. Mon enthousiasme retombe, d’un coup, de deux tiers.

D’accord, je ne m’attendais pas à une grande surface du calvados mais lorsque le quatre pièces que l’on vient visiter se transforme en studio, le premier réflexe est d’aller voir si la petite porte, là, au fond, n’ouvre pas sur les pièces manquantes.

Entendons-nous bien, à aucun moment Spirit France ne m’a survendu sa boutique. Les articles de presse décrivant davantage un concept que la boutique en elle-même (pour la bonne et simple raison qu’elle n’était pas encore ouverte lors de leur rédaction) et surtout le travail (fécond) de mon imagination sont seuls responsables de cette soudaine déception. Je vous rappelle qu’en plus il fait un temps de m…

Et puis, tandis que je balaie les étagères des yeux, l’atmosphère des lieux m’imprègne. L’espace un peu resserré (tout du moins par rapport à l’idée que je m’en faisais), la lumière chaude, l’ambiance feutrée renforcée par la chaleur du parquet de bois blond, les murs en pierres apparentes et la mise en valeur des bouteilles contenant le précieux distillat, me transporte ailleurs ; loin de la pluie que l’on entend tomber dehors, loin de la déception première et primaire.

Réalité augmentée

Ce cadre évoque celui d’un chai et David pourrait en être le maître. David c’est le jeune responsable de la boutique qui me demande s’il peut me renseigner.

Il va faire bien mieux que ça au cours de l’heure que je passe en sa compagnie.

Nous commençons par la revue des expressions de chacune des trois marques ; XO, Boulard, Isadora, VSOP, Père Magloire, Fine – V.S, Lecompte 12 ans, Hors d’âge, Boulard Extra, 5, 12, 25 et 35 ans, les marques, les sigles et les comptes d’âge se succèdent.

Mais cet inventaire à la Prévert ne se limite pas à une énumération abstraite de noms étant donné que l’intégralité des expressions des trois maisons est présente sur les étagères. Il est ainsi possible de mettre un visage (ou plutôt une bouteille) sur chaque nom, ce qui, pour une personne à la mémoire visuelle comme moi, est d’autant plus utile.

La scène de combat

Le sens de la vue comblé, je ne vous cache pas qu’il y en a un autre qui commence à se manifester sérieusement. Le goût, puisque c’est bien de lui qu’il s’agit, par la vue alléché s’agitent les papilles, un air de dire « et moi ! Et moi ! ».

- « Bien sûr, David, que je dégusterais bien un ou deux calvados... »

Ni une, ni deux, repassé derrière la caisse dont le comptoir fait office d’ « espace dégustation », David sort trois verres. A moi le choix cornélien des liquides à y verser. « Alors…, vous me mettrez…, un XO Père Magloire…, un XO Boulard (histoire de comparer un produit de même compte d’âge et de deux maisons différentes) et un Lecompte 12 ans ! ».

Un choix qui s’avère au final intéressant et plein d’enseignements (mais ça c’est pour un prochain article).

On est bien.

C’est ce moment précis que David, plaçant sa pierre (un Lecompte 25 ans) dans sa fronde (mon verre), choisit pour porter le coup de grâce à la déception qui m’accompagnait à mon entrée.

Ressemblant, depuis un moment déjà, davantage à un Tom Pouce sur le déclin qu’à un Goliath souverain, une simple pichenette aurait suffit à la faire définitivement voler en éclat.

Mais lorsque le projectile (le Lecompte 25 ans, pour rappel) l’atteint pleine poire (tout d’abord mon nez puis ma langue, ma bouche et ma gorge), la déception comprend : en guise de pichenette, David vient de lui coller un coup de bazooka.

Juste avant de rendre l’âme, elle VOIT, ce que d’aucuns ont cru voir, et pour tout vous avouer, j’en ai encore des frissons…

 

Je n’ose même pas imaginer les sensations que doit procurer le contenu des quelques flacons placés dans la vitrine faisant office d’ « espace Premium ».

Lecompte 1988, Père Magloire 35 ans, Père Magloire Isadora et Boulard Extra sont les calvados d’exception qui y ont pris place autour du Lecompte Le Secret.

Bien évidemment le futur (vrai) acquéreur d’un de ces flacons Le Secret, à 2800 euros, a la possibilité d’en déguster un échantillon avant.

Apparemment, David ne m’a pas jugé crédible dans ce rôle…

"Et bien, si c’est ça, je m’en vais !", non sans avoir jeté un œil aux quelques étagères où sont présentés des produits régionaux (l’ « espace épicerie fine ») comme des caramels, des sablés, des pommes au caramel ou de la moutarde, et des verres de dégustation. 

La non demande en mariage

Je dois avouer que j’ai du mal à quitter cette pièce. Oui, je suis bel et bien tombé amoureux de cette promise.

Mais qu’elle comprenne mon désir de spiritueuses infidélités; je ne repartirai pas de Honfleur marié. Cependant, belle amante, je reviendrai souvent, je pense, gratter à ta porte bleue.

Pour l’heure, lorsque je ressors, un Lecompte 12 ans à la main, il fait nuit noire.

Honfleur, la nuit ©F.Fromentin

Alors, en effet, pour ceux qui ont suivi : « de bon dimanche matin » + une heure (aller, mettons une heure et demie, en étant large), ça ne donne pas la nuit noire.

Je sais, mais je trouve la photo jolie.

 

Mr F.

Ah, oui ! J'oubliais: les infos pratiques.

La Maison du Calvados

12, Quai Sainte-Catherine – 14600 Honfleur

Tél : 02.31.89.39.93

 

Ouvert tous les jours de 10h à 20h.

Découvrez la boutique en ligne Spirit France.

Retrouvez toutes les photos de la Maison du Calvados de Honfleur dans notre galerie.