Trois nouvelles finitions pour les calvados Groult

Les 3 nouvelles finitions des calvados Roger Groult

Si les fûts neufs n’ont que très rarement droit de cité dans les chais de la Maison Roger Groult, Jean-Roger Groult n’a cependant pas hésité à y faire entrer quelques barriques ayant contenues, elles, d’autres alcools.
Et le temps est venu d’en découvrir le résultat.

En préambule

Jean-Roger Groult présente ses trois nouveautés mises en bouteille à partir de novembre 2016 comme des expérimentations.
Connaissant un peu la maison et le bonhomme, si ces nouvelles expressions ont récemment été mises sur le marché, c’est qu’elles ont largement dépassées le stade de l’expérimentation.
Alors, modestie ou est-ce la démarche elle-même que Jean-Roger Groult qualifie d’expérimentation ?
Les quelques échanges que j’ai pu avoir avec Jean-Roger Groult ne m’ont pas laissé trace d’une quelconque suffisance de sa part, bien au contraire, ce qui ne permet donc pas d’exclure l’option de la modestie.
Mais, si la modestie de cet homme intervient certainement dans son choix du mot « expérimentation », la première proposition n’en devient pas pour autant caduque.

« Mais de quoi il parle ?! C’est quoi ces nouveautés ?? »

En effet, avant d’ergoter sur la philosophie profonde et intrinsèque de chaque bouteille, il est peut-être intéressant de vous éclairer sur ce dont on parle.
La Maison Roger Groult a sorti trois nouvelles expressions de ses calvados : un calvados affiné en fût de whisky, un autre affiné en fûts de Xérès et un dernier affiné en fûts de Jurançon.
Vous me direz que dans le monde du calvados d’autres s’y sont déjà essayés et que ça ne date pas d’hier. Exact, de même que nombre de grands poètes ont écrit en alexandrins sur l’amour pourtant pas un de leurs poèmes ne se ressemblent.
Les calvados proposés sont tous trois des calvados AOC Pays d’Auge, obtenus par double distillation au feu de bois, qui ont vieilli et été assemblés dans des fûts de chênes roux français.
Ces « expérimentations » sont des éditions limitées et les bouteilles sont numérotées ; voilà pour les informations communes aux trois expressions. Passons maintenant aux particularités de chacune d’entre elle :

Calvados Roger Groult – Finition en fûts de Xérès
Ce calvados AOC Pays d’Auge 11 ans a terminé son parcours dans des fûts de Xérès avant d’être embouteillé (936 bouteilles) à 46% Vol.
Selon le dégustateur Hervé Lalau : «  Une fois le bois un peu estompé, il laisse la place à quelques notes de miel et d’agrumes. »

Calvados Roger Groult – Finition en fûts de Whisky
Le calvados AOC Pays d’Auge 9 ans a, lui, bénéficié d’une petite virée en fûts de whisky breton avant d’être embouteillé à environ 46% Vol.
Selon le dégustateur Hervé Lalau : « Je l’ai trouvé épicé, iodé mais onctueux, presque beurré en bouche. »

Calvados Roger Groult – Finition en fûts de Jurançon
La dernière expérimentation est un calvados AOC Pays d’Auge 9 ans qui a passé au minimum une année dans des fûts de Jurançon du Domaine Cauhapé. Il a ensuite été embouteillé à 46% Vol. en 960 exemplaires.
Selon le dégustateur Hervé Lalau : « À l’aveugle, j’ai perçu, non pas l’acidité des Monsengs, mais quelques notes d’ananas et de banane verte. La bouche, elle, est bien fondue, harmonieuse, aérienne et subtile à la fois. »

Découvrir de nouveaux horizons

En introduisant ces fûts ayant contenu du whisky, du Jurançon et du Xérès dans ses chais, Jean-Roger Groult fait bien plus que tester, il s’engage sur une nouvelle voie. Réputée pour ses calvados classiques mettant en valeur le fruit, la Maison Roger Groult est passée maître dans l’art du vieillissement en vieux (voire très vieux) fûts de calvados.
Médailles régionales, nationales et internationales, titres de meilleur calvados du monde, notoriété, présence dans les plus grands établissements gastronomiques et intérêt des médias spécialisés, en conforteraient certains à améliorer leurs acquis sans pour autant les remettre en question.
Pas l’gars Groult, lui, histoire de ne pas s’endormir sur ses lauriers, il décide d’expérimenter et d’explorer un domaine où on ne l’attendait pas particulièrement.
Cela met en lumière la passion héritée par cette jeune génération qui entretient l’âme de découvreur des ancêtres.

Les notes de dégustation des fiches descriptives des calvados fournies par la Maison Roger Groult sont signées Hervé Lalau, journaliste français qui collabore à plusieurs magazines et sites spécialisés en vin: In Vino Veritas (Belgique, France, Pays-Bas), Vitisphère (France), Romanduvin (Suisse), Vins & Vignobles (Québec) et Oenosphère (Belgique).

Calvados spiritueux mode de consommation AOC Calvados nouveauté Normandie cuvée spéciale Calvados Roger Groult