Salon France Quintessence 2016

Affiche France Quintessence 2016

Le tour de France des spiritueux

Les 11 et 12 septembre prochain, le Pavillon Ledoyen accueillera la seconde édition de France Quintessence, le salon des spiritueux et liqueurs made in France.

Dans cet écrin de choix, France Quintessence entend bien cette année encore se placer sous le signe du raffinement et du prestige.

France Quintessence : pour qui ?

Affiche France Quintessence 2016

Amateurs occasionnels ou avertis : oui. Touristes en quête d’ivresse : non.

Cette année encore, le message délivré par le service de communication du salon France Quintessence est très clair : cette manifestation revendique un certain standing.

Visiteurs et exposants sont placés à la même enseigne question responsabilités. Pas question de rester accoudé aux stands à se voir servir plusieurs dizaines de centilitres de spiritueux ; « On ne consomme pas ici, Monsieur, on déguste ! ». Et il y a des règles.

Pour commencer comme chez le psy, il est important de payer la séance (ici la visite). Quarante euros la journée (comprenez de 13 heures à 19 heures), vingt euros la demie journée (de 16 heures à 19 heures), il y a de quoi faire passer l’envie au premier pimpin venu de se la coller pour pas trop cher.

Mais, à quarante euros la partie, cela pourraient aussi freiner certains amateurs qui seraient pourtant des visiteurs « actifs, curieux et prescripteurs », comme le souhaite les organisateurs.

Il faut faire des choix dans la vie.

« On va déguster »

Si le prix d’entrée permet de s’assurer à minima que les visiteurs qui s’en acquittent sont des amateurs cela ne signifie pas pour autant qu’ils sont tous bien éduqués. Comprenez-moi bien, lorsque je parle d’« éducation » c’est en terme de dégustation (quoique).

Si l’on en croit le dossier de presse, l’organisation du salon France Quintessence porte une grande attention à la notion de dégustation et non de consommation.

Ainsi, il est explicitement demandé aux producteurs de ne pas proposer plus de cinq références de leur gamme (à raison d’un centilitre maximum par référence) au visiteur. Ce dernier est incité à utiliser les crachoirs qui seront mis à sa disposition sur chaque stand et à ne pas restreindre sa consommation d’eau, facilitée par la présence de bouteille sur les stands et de fontaines dans chaque espace.

Et comme des verres en plastiques seraient venus jeter un discrédit total sur ce qui vient d’être écrit, chaque visiteur se verra remettre un verre à dégustation dès son arrivée. Au cours de sa visite, il trouvera des verres propres à l’entrée de chaque espace afin de déguster chaque expression dans les meilleures conditions.

Pavillon Ledoyen

Voilà donc pour les us et coutume de la maisonnée. Rappelons d’ailleurs ici que la bâtisse accueillant les festivités n’est autre que le Pavillon Ledoyen, symbole du raffinement à la française (et de la gastronomie puisque Yannick Alléno, Chef trois étoiles Michelin, dirige les cuisines du restaurant depuis le 1er juillet 2014) ; si ça n’inspire pas le respect.

100% made in France

La tenue de rigueur exigée acceptée, reste à prendre connaissance du programme des libations (modérées, vous l’aurez compris).

Avant toute chose, et même si j’ai d’abord mis en avant  son aspect « consommation responsable », le salon France Quintessence a pour vocation « de devenir la caisse de résonnance des liqueurs et spiritueux français ».

En clair, si vous connaissez un tant soit peu votre géographie régionale, vous n’aurez aucun mal à circuler dans les allées des différents salons du Pavillon Ledoyen.

D’autant plus que pour faciliter les choses, l’ensemble des producteurs, marques et distilleries seront réunis sur les 800 m2 que constituent les salons Offenbach, Le Cercle et Littéraires.

Cognac, absinthe, marc, vermouth, whisky, eau-de-vie, génépi et bien d’autres spiritueux venus des quatre coins de la France seront proposés à la dégustation. Et bien sûr, parmi ces 400 spiritueux, les calvados Christian Drouin, Roger Groult, Dupont et Père Gontran tiendront leur place.

France Quintessence offrira même l’occasion de goûter les cinq premiers embouteillages issus de la gamme de spiritueux Bapt & Clem’s que lance Marc Darroze, bien connu dans le monde de l’armagnac : trois rhums, un cognac et un calvados de 6 ans d’âge (43%).

D’après les informations fournies par la marque, la gamme Bapt & Clem’s  « veut rassembler une exceptionnelle collection de spiritueux de caractère aux origines géographiques différentes en provenance de diverses distilleries. Chaque spiritueux de cette gamme est un lot singulier au nombre de bouteilles en édition limitée ».

Affaire à suivre…

Alliances et tendances

Même en surfant sur la vague Made in France, il n’est pas si a(n)isé d’attirer le public « prescripteur » tant convoité.

Si nos spiritueux sont sublimés à l’étranger, en France ils paraissent bien vieillots. Calvados, cognac et armagnac sont l’illustration que « nul n’est prophète en son pays ». Ce que l’on ne nous a jamais dit c’est que cette phrase ne s’arrêtait pas là. La voici dans son intégralité : « nul n’est prophète en son pays mais nous avons tous le droit de nous y faire reconnaître à notre juste valeur ». Paroles d’évangiles…

Ainsi donc, n’écoutant que les saintes écritures, France Quintessence compte bien évangéliser à grands coups de cocktails (avec modération, Pavillon Ledoyen…). Très en vogue (espérons que ce ne soit pas qu’un effet de mode), la mixologie, ou l’art de mélanger des boissons pour élaborer des cocktails, semble bien être le pont entre les spiritueux peu reconnus et un public plus tendance.

un cocktail rafraîchissant pour les spiritueux français

Avec la lourde mission de prouver que les spiritueux français ne sont pas si passés de mode que ça, des spécialistes du cocktail et des alliances mets spiritueux animeront l’espace Alliance situé dans le salon Le Cercle. L’expérience augmentera d’un cran un étage plus haut au sein des trois petits salons, Les Cariatides, avec des alliances plus osées : fromage, foie gras, caviar, glace…

Tenté par la découverte ?

Rendez-vous le dimanche 11 septembre 2016 à partir de 13 heures au Pavillon Ledoyen.

Pour éviter toute confusion, un autre Pavillon Ledoyen existe peut-être en France, ce dernier se situe à Paris au 8, avenue Dutuit dans le XVIIIe arrondissement.

 

Pour vous y rendre vous avez vos pieds, le métro : station Concorde (ligne 1, 8 et 12), station Champs-Elysées Clémenceau (ligne 13), Franklin Roosevelt (ligne 9), le RER : station Invalides (RER C) ou le bus : arrêt Concorde (lignes 24, 42, 52, 72, 73, 84 et 94).

 

Les billets, au tarif de 40 euros la journée du dimanche de 13 heures à 19 heures et à 20 euros la demie journée de 16 heures à 19 heures (le lundi 12 septembre est réservé aux professionnels), sont en commande sur le site www.francequintessence.fr

 

Calvados mode de consommation cocktails mixologie mojito Calvados Huet spiritueux calvados Drouin calvados Lecompte AOC Calvados