Le Château du Breuil se refait une image

Nvelles e tiquettes du breuilLe changement, c'est maintenant !

Que les amoureux du patrimoine normand se rassurent on ne touchera pas au château du Breuil. Si ravalement de façade il y a en ce moment à la Maison Château du Breuil, il concerne uniquement les étiquettes des bouteilles.

Un changement d’étiquette ?

Depuis quelques semaines maintenant, les bouteilles de Pommeau de Normandie, de Liqueur au Calvados et d’apéritif Calvados-Vanille qui sortent des chaînes de production des Calvados Château du Breuil arborent fièrement leurs nouvelles étiquettes.

Pommeau Château du Breuil
Apéritif Château du Breuil
Liqueur au calvados Château du Breuil

Engagée depuis un an dans une démarche d’évolution du packaging dans le but de moderniser la marque, la Maison Château du Breuil s’est donc concentrée sur sa gamme de produits « hors calvados ». Ce qui n’est pas anodin.
En effet, il est difficile pour une marque comme Château du Breuil, connue et reconnue depuis des dizaines d’années pour ses calvados (eux-mêmes clairement identifiés au château présent sur leur étiquette et à la forme si particulière de leur bouteille), de changer son image, ou plutôt de la faire évoluer.
D’autant plus qu’on ne peut pas dire que les Calvados Château du Breuil trainent une image ringarde ou handicapante : une étiquette sobre avec une reproduction du château et le nom de la maison en lettres gothiques. Ça fleure plutôt bon le produit régional haut de gamme, non ?
Alors, pourquoi vouloir la changer cette image ? 

Nouveau look pour une nouvelle vie

Ancienne étiquette
Nouvelle étiquette

Pour la gamme des calvados, on remarque que si les changements peuvent paraître infimes, ils n’en sont pas moins essentiels : en réduisant la représentation du château, en passant de l’étiquette qui entoure la bouteille à une étiquette plus carrée, bordée d’un liséré coloré et en ne conservant la typographie gothique que pour la marque, l’étiquette a gagné en élégance et en sobriété. Elle est à l’image de ce qu’elle représente : un produit haut de gamme.
Donc, ici, pas de réel changement mais plutôt un repositionnement de la marque.

On constate la même chose avec le Pommeau de Normandie. Plutôt qu’un relooking à la mode « Ma chééééériiiie ! Tu es M-A-G-N-I-F-A-I-L-L-E-Q-U-E !!!! » (mais complétement méconnaissable), son étiquette n’a subit que quelques modifications ; des couleurs plus pêchues, une inversion entre typo et logo, et un bandeau cuivré rendent il est vrai l’étiquette plus attractive.

A ce stade, vous pourriez vous demander si finalement la Maison Château du Breuil ne nous ferait pas un p’tit coup de « j’y vais mais j’ai peur » (comment ? Ça vous est effectivement venu à l’esprit ? Quelle honte !).  

Ne jugez pas trop vite et attendez de voir les nouveaux atours dont se sont parées la Liqueur au Calvados et l’apéritif Calvados-Vanille.

Fini les celtes, vive la fête !

La garde-robe un brin médiévo-celtique a fait place à une collection printemps/automne bien plus contemporaine et festive.
Ainsi, tout en conservant le côté chic de l’étiquette des calvados, les étiquettes de ces deux produits ne sont pas sans évoquer l’esprit de celles du Beaujolais Nouveau ou de certains vins du Nouveau Monde.

L’engouement que connaît actuellement le monde du cocktail ne doit pas être étranger à ce choix. Ce n’est pas tant sa propre image que la Maison Château du Breuil doit réussir à changer que celle du calvados lui-même ; une fois sorti du cercle (somme toute restreint) des amateurs de calvados qui savent, eux, que ce spiritueux n’a rien à envier au rhum ou au whisky, le spiritueux normand, en France, n’est pas tendance.
En cause, une époque pas encore assez lointaine où la qualité n’était pas souvent au rendez-vous (image de mauvais alcool) et le souvenir des anciens s’enfilant leur café-calva (image ringarde).
Mais, malheureusement pour elle, la génération pour laquelle ces deux réminiscences sont encore vivaces tend à disparaître et avec elle la mauvaise réputation du calvados.
C’est donc peut-être le bon moment d’offrir à la nouvelle génération, vierge de tout préjugé, une autre image du calvados. Une image plus proche de ce qu’il est : un spiritueux de grande qualité pouvant avoir autant d’attrait que ceux actuellement en vogue.

Le voilà rhabillé pour l’hiver (le printemps, l’automne et l’été)

Cependant, on le sait bien, la qualité du contenu ne fait pas tout. Le contenant et les valeurs qu’il véhicule doivent avant tout attirer cette nouvelle génération de consommateurs. De la couleur, un esprit festif, une communication dynamique et le fait que le produit s’inscrive dans une tendance sont les clés de la popularité auprès du public prescripteur.
L’importance de la qualité entre en jeu seulement après et déterminera la pérennité du produit dans ce monde où il faut se faire bien voir avant d’être bu. Une histoire récurrente de fond et de forme en somme.
Mais revenons au Château du Breuil avec cette question en tête : assistons-nous à une révolution ? 

Chateau du breuil

Pour ma part la réponse est : une révolution non, une évolution, oui
Plutôt que de céder aux sirènes du tout tendance, la Maison Château du Breuil a préféré étiqueter ses gammes, au propre comme au figuré.
Pour filer la métaphore vestimentaire, le changement d’étiquettes a permis de réorganiser le dressing avec, d’un côté, le costume sobre et élégant des calvados, d’un autre la petite robe champêtre du pommeau et pour finir, la tenue de soirée festive de l’apéritif et de la liqueur.

De quoi s’inviter aux dîners de l’ambassadeur, aux pique-niques entre amis ou aux soirées branchées.

Calvados spiritueux cocktails mode de consommation mixologie Barman AOC Calvados nouveauté calvados Château du Breuil Pays d'Auge Normandie